fr
fr en
Bouton Gift
Réserver
Arrivée
Départ
Adulte
Enfant
Arrivée : 16:00
Départ : 12:00
Offres
exclusives
Contact privilégié au
+33 (0)4 50 09 33 00
Séjour
sur-mesure
  1. Accueil
  2. Actus & Offres
  3. Evènements & Actualités
  4. Rencontre avec Katrine Gaultier, la créatrice de Rodrigues
ACTUALITÉ

Rencontre avec Katrine Gaultier, la créatrice de Rodrigues

Rencontre avec Katrine Gaultier, la créatrice de Rodrigues


L'aventure de Rodrigues


En novembre, l'hôtel Le Pélican a accueilli un nouvel arrivant... Rodrigues, un bel oiseau bleu venu tout droit de la Côte Atlantique ! Durant le voyage, notre cher ami s'est malheureusement blessé la patte. Katrine Gaultier, l'artiste plasticienne qui lui a donné vie a alors fait la route jusqu'à Annecy afin de le soigner. Maintenant, Rodrigues est comme neuf et il vous attend fièrement en réception ! Retour sur notre rencontre avec Madame Gaultier, une infirmière pas comme les autres...

 


L'interview de Katrine Gaultier

 

Groupe PVG (PVG) : Bonjour Katrine, pouvez-vous nous parler de votre métier de plasticienne, d’où la passion vous vient-elle ?


Katrine Gaultier (KG) : Pour tout vous dire, je crois que j’ai toujours été plasticienne, je suis née comme ça ! J’ai eu mon premier cours de peinture très jeune et mon premier prix en petite classe. J’ai toujours travaillé avec mes mains. Plus grande, j’ai fait une école d’art graphique puis j’ai travaillé dans la publicité.


PVG : Ah oui ? C’est drôle que vous ne vous soyez pas tournée vers un métier d’art, même si la publicité inclut une part de créativité.


KG : Oui car travailler dans la publicité avant était très différent. Il n’y avait pas encore Internet, on n’avait pas d’ordinateurs. On travaillait beaucoup avec ses mains. Lorsqu’il fallait faire un graphisme, on prenait son pinceau, ses feutres ou ses crayons et on travaillait, cela me correspondait donc assez bien.


PVG : Et quelle est la suite de votre parcours ?


KG : Lorsque je me suis mariée j’ai abandonné cette profession pour travailler avec mon mari. J’ai eu des enfants mais ai toujours gardé l’art dans ma vie : je continuais à peindre et prenais des cours aux Beaux-Arts ou avec des artistes afin d’apprendre des techniques différentes et au bout de quelques années j’ai créé une société.


PVG : C’était quel type d’entreprise ?


KG : Une société de décoration d’intérieur ! Il y a toujours ce rapport à l’art : je travaillais avec des techniques traditionnelles comme la fresque, le tadelak ou le stuc. J’ai fait cela pendant une dizaine d’années, en ce moment je continue à travailler mais je me consacre beaucoup plus à mes activités artistiques et créatives.


PVG : Vous nous parlez beaucoup de dessin et de peinture. Comment vous est venu cet attrait pour la sculpture ?


KG : Il est vrai qu’à l’époque, je peignais beaucoup plus que je ne sculptais même si je touchais un peu à la terre. Jusqu’à ce que je découvre une technique qui m’a vraiment emballée : celle du grillage ! Visible ou invisible, il est souvent travaillé avec du papier mâché. Personnellement, je me sers de résine.

PVG : C’est cette technique que vous avez employée pour créer Rodrigues, c’est bien cela ?


KG : Oui exact ! C’est la technique du grillage avec une structure en métal, du grillage et différentes couches de matériaux. Ce sont plusieurs couches poncées, repeintes et pigmentées. Pour Rodrigues, j’ai utilisé du fer à béton, de la résine et une peinture spéciale avec différents mélanges de couleurs pour obtenir le bleu du rendu final.

PVG : C’est un sacré chantier ! Combien de temps cela vous a pris ?


KG : Il est vrai que cela prend un certain temps. En amont, il y a tout un travail un peu rude mais nécessaire de soudure, qui permet de construire le squelette de l’animal. C’est un peu comme une petite architecture, je soude les morceaux de fer, ensuite je rajoute le grillage et après j’utilise mes différents produits. En comptant les nombreux temps de séchage on est sur une bonne quinzaine de jours pour faire un animal comme Rodrigues.


PVG : En visitant votre compte Instagram, nous avons aperçu plusieurs pélicans… Rodrigues a des copains n’est-ce pas ?


KG : Oui en effet ! Le pélican est un animal que j’aime beaucoup, j’apprécie énormément sa symbolique et j’en ai réalisé plusieurs. Mais n’ayez crainte : chaque pièce est unique et comme elles sont faites-mains, aucune ne se ressemble ! Les pélicans n’ont pas le même regard, pas la même posture ou la même coiffure. Vous voyez, Rodrigues est plus chevelu que d’autres ! Il m’arrive d’ailleurs d’utiliser des matériaux de récupération et c’est le cas pour sa petite houppette. Je récupère beaucoup de choses sur la plage au bord de l’Atlantique.


PVG : Intéressant ! Rodrigues était définitivement fait pour l’hôtel Le Pélican entre la symbolique du lieu, la couleur bleue et ce côté écoresponsable… Vous avez d’ailleurs fait un long voyage pour réparer Rodrigues blessé à la patte. Est-ce souvent le cas avec votre métier de plasticienne ?


KG : C'est normal, j'aime le travail bien fait et j'ai été navrée d'apprendre sa blessure lors du transport. ! Et oui, je suis amenée à pas mal me déplacer sur l’ensemble de la France pour des expositions. Je fonctionne aussi au coup de cœur, selon si l’endroit me tente, si je l’ai déjà visité, s’il me plaît ou non. J’adore ça, c’est toujours plaisant de découvrir de nouveaux lieux ! Par exemple lorsque je me suis baladée au bord du lac à Annecy, j’ai pris les canards en photo, c’était inspirant. Je suis déjà venue sur Annecy mais c’était il y a au moins 20 ans… Je vois que cela a bien changé mais ça reste magnifique ! Je reviendrai avec plaisir vous voir et je suis ravie que Rodrigues ait trouvé un bel endroit comme Le Pélican pour vivre.


PVG : Et bien merci beaucoup Madame Gaultier ! Ravis d’avoir pu vous accueillir, échanger avec vous et encore merci d’être venue soigner notre cher Rodrigues.

Retrouvez Katrine Gaultier sur son compte Instagram ICI.