fr
fr en
Bouton Gift
Réserver
Arrivée
Départ
Adulte
Enfant
Arrivée : 16:00
Départ : 12:00
Offres
exclusives
Contact privilégié au
+33 (0)4 50 09 33 00
Séjour
sur-mesure
AccueilActus & OffresEvènements & ActualitésPourquoi Le Pélican ?
ACTUALITÉ

Pourquoi Le Pélican ?

Pourquoi Le Pélican ?
« Que diable allait-il faire avec ce nom ? » aurait pu s’interroger Géronte.
« Pélican, mais il n’y a pas de Pélican à Annecy ! » 
« Un oiseau marin au bord d’un lac, on aura tout vu ! »

Et pourtant, le choix de ce nom nous est apparu comme une évidence et comme le respect que nous devions à ce lieu et à son histoire. Allez, assez attendu, on vous dit tout.

Mais pourquoi Le Pélican ?

Avant toute chose, il faut savoir que l’hôtel Le Pélican comporte deux bâtiments.
Le premier, très contemporain, voire futuriste pour certains, a été imaginé par le célèbre architecte Christian de Portzamparc au sein de l’ecoquartier l’Avant-Scène.
Le second trône sur les rives du lac d’Annecy depuis 1820 ! Dans les années qui suivirent, l’architecte Prosper Dunant prend en charge la construction du premier hôpital en intégrant les bâtisses de l’ancien couvent des Capucins. Afin d’accueillir plus de malades, l’hôpital essuie des travaux d’extension dirigés par Ignace Monnet. C’est à ce moment que l’histoire du Pélican commence véritablement. Dans l’optique de rompre la monotonie de la façade, il est commandé à Joseph Tavernier une sculpture de Pélican, destinée à être placée sur le fronton triangulaire. Véritable emblème de la charité́, le Pélican est connu pour le fait de nourrir ses petits de ses entrailles. C’est ce même macaron, toujours présent sur le haut de la façade qui domine le lac bleu qui nous a guidés pour baptiser l’hôtel Le Pélican. 

Les autres symboles

Le choix des appellations au sein de l’hôtel Le Pélican a également été pensé autour des symboles.
Nous vous avons parlé de deux bâtiments, rentrons un peu dans le détail avec tout d’abord un petit retour dans le passé…
Autrefois, il était pour coutume de planter un arbre à l’inauguration d’un édifice quel qu’il soit. Prenons quelques exemples à Annecy. A l’école Carnot, c’est un hêtre pourpre de 1910 qu’on aperçoit à l’entrée, à la résidence des Marquisats, ce sont des séquoias qui trônent fièrement et à l’hôtel Le Pélican, c’est un majestueux cèdre libanais vieux d’un siècle et haut de 25 mètres qui a fait l’objet d’une attention et protection toute particulière lors de la phase intense de travaux du quartier. Cet arbre, encore dans les jardins de l’hôtel a du entendre bien des conversations, il représente le temps qui passe et la vie de cet endroit emblématique si cher aux annéciens. C’est donc tout naturellement que le bâtiment est nommé « Le Cèdre ».

Le bâtiment contemporain quant à lui, se prénomme « La Scène ». Pourquoi ? Bien sûr en référence au projet architectural de l’Avant-Scène, imaginé par Christian de Portzamparc et dans la volonté d’un urbanisme respectueux du contexte paysager. La partie nouvelle de l’hôtel joue les contrastes avec ses lignes perpendiculaires et ses fenêtres en pointe, tout en se fondant parfaitement au bâtiment historique. Surplombant le lac et les montagnes, l’aile de « La Scène » va rapidement devenir le théâtre de la vie annécienne.

Revenons un peu sur le majestueux cèdre où il fera d'ailleurs bon jouer à la pétanque à l'ombre de ses branches. Nommé le bâtiment historique Le Cèdre nous paraissait réducteur face à la splendeur et la résilience de cet arbre. Comment le mettre à nouveau en perspective à l'hôtel Le Pélican ? et nos salles de séminaires ? pourquoi ne pas les singulariser ? Liban, Atlas, Hymalaya, Chypre, Alaska les voici baptisées des différentes variétés de Cèdre.